Les plus-values d’un système de vidéoprojection interactif par rapport à un simple vidéoprojecteur

Dans cet article, on détaille des éléments qui rendent un système de vidéoprojection interactif plus intéressant en cours de mathématiques par rapport à un simple système de vidéoprojection. Par système de vidéoprojection interactif, on entend un VPI (vidéoprojecteur interactif), un TNI (tableau numérique interactif) ou un TBI (tableau blanc interactif). Dans l’article, on utilisera l’abréviation VPI.

Techniquement, il me paraît important de rappeler qu’un tel système peut également être obtenu à l’aide d’une tablette, d’un vidéoprojecteur standard et d’une clé wifi type Tron Smart ou AirLink (voir ici ou ). Il n’est pas nécessaire qu’un réseau Wifi soit disponible (même si cela simplifie les choses et on pourra alors opter pour cette solution).

Par ailleurs, cet article se veut la synthèse écrite d’une présentation faite oralement aux membres du groupe TICE de l’IREM de Nancy-Metz en décembre 2013. Le logiciel utilisé était WorkSpace, solution choisie par le département de Moselle. On pourra se reporter à ce lien pour d’autres exemples. On donnera ici des liens vers des fichiers gwb ainsi que pdf.

Les cartes mentales

IlluCarteMentale

J’utilise beaucoup les cartes mentales. Grâce à un VPI, on obtient rapidement un visuel varié et simple. En cas d’interruption du cours, on peut reprendre là on l’on s’est arrêté. Lorsque je réalise une carte mentale avec les élèves, je souhaite qu’ils participent à la conception, ainsi ils ne recopient pas au fur et à mesure mais à la fin. On peut donc aisément exporter la carte mentale vers l’ENT et donner comme travail à la maison la réalisation de la carte mentale dans le cahier ce qui constitue un excellent moyen pour apprendre la leçon ainsi résumée.

Fichiers PDF : Exemple 1Exemple 2Exemple 3

Fichiers WorkSpace : Exemple 1Exemple 2Exemple 3

Le tableau appartient AUSSI à l’élève

Contrairement au vidéoprojecteur où l’élève se retrouve rarement dernière le clavier, il peut agir activement sur le VPI. On peut envoyer les élèves au tableau de la même façon qu’on le ferait avec un tableau standard. De la même manière, l’absence de clavier permet à l’enseignant de rester face à l’élève tout en utilisant le tableau et cela sans être caché derrière un écran.

Fichiers PDF : Exemple 1Exemple 2

Fichiers WorkSpace : Exemple 1Exemple 2

Enfin l’élève peut venir utiliser la souris au tableau comme par exemple dans ce jeu au sujet de la numération utilisable en 6ème : Le jeu du parachute.

Tout sur un seul document

Grâce aux logiciels WorkSpace, ActivInspire ou encore OpenSankore, on peut se contenter de préparer les cours sur un unique document. Ce document contiendra des éventuelles images issues de banques de données ou de captures d’écran d’autres applications, des liens hypertextes pointant vers internet ou vers des fichiers internes ainsi que des figures GeoGebra par exemple, construites en direct puis importées simultanément.

Exemple d’utilisation de capture d’écran : PDFWorkSpace

Exemple d’utilisation des liens hypertextes : WorkSpace (le lien hypertexte ouvre la page Wikipédia consacrée au problème des sept ponts de Königsberg)

Exemple de lien hypertexte pointant vers un fichier PPT interne : Vidéo

Un visuel varié

Toujours grâce à ces logiciels, on peut écrire au tableau avec un visuel varié. On peut souligner, surligner, effacer, changer la couleur en un clic et a posteriori, les formes sont sans limite. Bien sûr un ordinateur équipé du logiciel et avec lequel on projette permet la même chose mais ces logiciels n’ont été développés que grâce à l’émergence des VPI. On citera tout de même ici un logiciel qui permet d’intervenir directement sur l’écran à partir d’un simple ordinateur : ZoomIt.

Fichiers PDF : Exemple 1Exemple 2

Fichiers WorkSpace : Exemple 1Exemple 2

Une préparation de cours simplifiée

Comme expliqué précédemment, ce document unique permet de préparer plus aisément un cours chez soi et de n’avoir alors qu’à tourner les pages au fur et à mesure afin de respecter le planning initial et sans perdre de temps sur certaines choses. Si le professeur n’est plus en train d’écrire au tableau, on dégage du temps libre pour faire autre chose : il peut suivre de plus près la progression de ses élèves dans le déroulement de la séance par exemple.

Exemple d’un fichier préparé pour un cours : WorkSpacePDF

Mobilité des objets affichés

Enfin, en dernier point, on évoquera la possibilité de déplacer les objets. Grâce à cette action de glissement, on peut réorganiser le tableau à tout moment mais également « trier » des objets aisément comme dans l’exemple ci-dessous où l’on place des angles dans les colonnes suivant qu’ils sont aigus, obtus ou droits :

WorkSpacePDFVidéo

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les plus-values d’un système de vidéoprojection interactif par rapport à un simple vidéoprojecteur »

  1. Ping : Les plus-values d’un système de vidéoprojection interactif par rapport à un simple vidéoprojecteur | Planet-éducalibre

  2. Ping : Les triangles de Reuleaux | Blog d'Adrien Guinemer

  3. Ping : Et soudain, je l’avais fait, le BYOD. | Blog d'Adrien Guinemer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s