« Teşekkürler » à toi Mehmet* !

IMG_20140828_144357

Pourquoi ce titre ?

Mehmet était un de mes élèves de l’année scolaire passée. En début d’année, au premier cours, j’avais procédé ainsi : à l’aide d’une carte mentale projetée au tableau, je me suis présenté. J’ai donné les informations que j’avais envie de savoir sur eux afin que le jeu des traditionnelles, discutables et discutées fiches de renseignement soit fair-play.

Une fiche ?

L’intérêt des fiches est de montrer que l’on s’intéresse à ses élèves. Que l’on s’intéresse à ce qu’ils sont, en dehors de l’école, derrière leurs notes ou leurs comportements.
Dans ma présentation, je disais entre autre que je parle allemand couramment et que mon anglais n’est pas mauvais. J’ai insisté sur l’importance des langues, toutes, pas seulement celles mises en valeur par la société.

Bilingue allemand la classe, bilingue berbère sans intérêt ?

Il se trouve que dans la région où j’enseigne, l’allemand (et également l’anglais) sont des langues mises en valeur. On s’ébahira devant l’enfant franco-allemand, franco-américain ou l’expatrié anglais. Mais quid du turc arrivé en France à deux ans ? Du marocain qui ne parle que l’arabe à la maison ?

Ceux-là sont déconsidérés, on n’excusera pas leur difficultés scolaires avec cela. Non, on leur demandera de s’adapter. Certes on n’aura pas forcément tort mais ce qui me choque, c’est le constat invariable que suivant le bilinguisme que l’élève apporte à l’école, il n’est pas pris en compte de la même manière.

Et mon kebab, dans tout ça ?

Bref, Mehmet est turc. Et quand j’ai demandé les langues parlées à la maison, l’un a dit « allemand », l’autre « berbère », l’autre « turc » ou encore « polonais ». Mais figurez-vous que lorsque j’achète un Kebab (ici on dit « Döner »), je suis incapable de remercier en turc le sympathique vendeur. J’ai donc demandé conseil à Mehmet. Il était ravi et fier d’apprendre à dire « Teşekkürler » à son prof de maths. Wahou, non seulement le prof s’intéressait à lui mais en plus il voulait qu’il lui apprenne quelque chose ! Tous les turcs de la classe étaient fiers.

Et moi aussi, le jour où vers la fin de « Inferno » de Dan Brown, ma lecture d’été, j’ai trouvé ça :

IMG_20140828_144554Et j’étais fier de comprendre le mot. D’entendre dans ma tête Mehmet me répéter dix fois le mot pour que je sache le prononcer !

Quand le français n’est pas ta langue maternelle…

Quand le français n’est pas ta langue maternelle et que tu vas à l’école en France, souvent l’enseignant l’oublie ou ne le sait pas. Mais, moi qui ne vit pas en France, je peux vous dire que ce n’est pas tous les jours facile d’être entouré de gens qui ne parlent pas votre langue et n’ont pas la même culture que vous.

Il me parait donc évidemment qu’il faut prendre en considération les spécificités de chaque élève en particulier linguistiques notamment dans les cours de français ou de langue vivante.

Mais il faut aussi se méfier. Il m’est arrivé plus tard dans l’année d’évaluer Mehmet de façon biaisée car il n’avait juste pas compris les mots clés dans un exercice de mathématiques. Il avait donc échoué non pas parce qu’il ne maîtrisait pas les connaissances et savoir-faire mathématiques mais parce que son niveau de langue ne lui permettait pas de réussir…

L’élève comme individu

Alors, finalement, « Teşekkürler » à toi Mehmet, car tu m’as aidé à considérer chaque élève comme unique et différent. J’ai réalisé pourquoi il était important d’accepter les difficultés propres à chacun ainsi que ses besoins.
Finalement, s’intéresser à ses élèves, c’est le début de la différenciation pédagogique.

Et en conclusion :

EvaluationDifferenciee

*: prénoms d’emprunts

Publicités

4 réflexions au sujet de « « Teşekkürler » à toi Mehmet* ! »

  1. Béatrice Chaboud-Meyer

    Je suis entièrement du même avis. Il nous faut tous apprrendre à être tolérants vis à vis des différences de chacun.. (éducation, sein familial, langue maternelle/paternelle, environnement) afin de comprendre les difficultés rencontrées qui ne seront pas les mêmes pour chaque personne.

    Votre background multiculturel est une chance fantastique pour nos enfants en vue de leur compréhension car ils évoluent dans un milieu multiculturel difficile à gérer, par exemple, la terminologie d´un thème sera connue dans une langue mais pas dans l´autre…

    Répondre
  2. Ping : Pourquoi vous n’aurez pas de nouvel article : | Blog d'Adrien Guinemer

  3. Ping : Pourquoi vous n’aurez pas de nouvel article : | Planet-éducalibre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s